Interviews :

Ralph Azham, quelques secrets dévoilés par Trondheim

- 30/08/2016

Ralph Azham, tome 9

Après avoir vaincu le redouté Vom Syrus, Ralph Azham est devenu surintendant du royaume d’Astolia. Désormais au sommet de l’État, il est pris d’une certaine lassitude et de sérieux doutes. Lewis Trondheim nous livre quelques secrets de fabrication de « Point de rupture », tome 9 qui sera disponible dès le 2 septembre 2016, chapitre-clé de la saga.

L’épisode précédent se terminait par une grande bataille contre Tilda Pönns et une sévère déroute pour Ralph. On le retrouve tout penaud et paranoïaque dans cette entame de récit. C’est un moment-charnière dans ta saga ?

Ce n’est pas un tournant de l’histoire, mais carrément le point principal de cette série ! Toutes les aventures précédentes étaient intéressantes, mais mon objectif était d’arriver à ce stade précis : au moment où Ralph a le pouvoir. Une fois arrivé là, quel est le pire ennemi : le roi ? Tilda Pönns ? Lui-même ? Le pouvoir corrompt, Ralph le comprend et cherche des garde-fous. Dès que l’on a un peu de pouvoir, on peut être tenté d’en abuser. Comment fait-on pour rester un être humain intègre ? Ralph va devoir trouver sa voie car effectivement, notre pire ennemi, c’est nous-mêmes.

Dans Ralph Azham, tu alternes des scènes de discussion qui font avancer l’intrigue, et des scènes d’action. Comment trouves-tu le bon équilibre ?

Idéalement, j’aimerais ne faire que des scènes d’action, mais l’album se lirait trop vite ! Au cinéma, si je vois une scène de poursuite de dix minutes, je m’ennuie. Je garde cela en tête : mes scènes d’action ne doivent pas être gratuites, il doit y avoir un angle inédit. Puis j’aime la psychologie des personnages et le rapport entre eux. J’aime l’idée que l’on puisse relire mes albums avec plaisir et à des âges différents. C’est pour cela que je fonctionne souvent par improvisation, ma structure scénaristique est très flexible, même si je cadre au dernier tiers de mes scénarios pour savoir où je vais atterrir. Je ne veux pas faire des albums jetables.

Dans ton histoire, il y a différents pouvoirs, des artefacts magiques auxquels sont confrontés Ralph et ses amis. D’une part, ce sont de très bons outils pour créer des rebondissements et d’autre part, il faut conserver la logique propre de cette magie. Est-ce que ça te facilite la tâche au moment d’élaborer ton scénario ?
(suite…)