Interviews :

Roger Leloup nous parle du nouvel album de Yoko Tsuno

- 10/05/2017

Yoko Tsuno, tome 28
Dans « Le Temple des Immortels », la 28ème histoire de Yoko Tsuno, Roger Leloup nous entraîne au plus profond des entrailles de la Terre. On va y retrouver Zarkâ, l’inquiétante Vinéenne androïde, et de nouveaux personnages oubliés du temps. L’auteur nous révèle les dessous de l’histoire…

Vous avez souvent alterné les histoires terriennes et vinéennes. Voici de nouveau les Vinéens.

Quand j’ai créé les Vinéens, je me suis dit que je ne ferais qu’une seule histoire avec ces personnages. Mais Dupuis m’a suggéré de continuer. J’aime autant la science-fiction que le fantastique ou le polar, c’est pourquoi j’ai continué à alterner les genres. Ça me permet de renouveler l’imagination. Cette histoire est la suite de « La Servante de Lucifer ».

Ce qui nous conduit à nouveau sous la Terre.

Oui, il y a des milliers de Vinéens qui dorment sous terre. Ils sont sous nos pieds, il y a de quoi développer tout un univers. Khâny a la responsabilité de les faire vivre là, elle veut pour eux un bonheur un peu utopique, ce qui pose des problèmes. Il y a des antagonismes avec « La Servante de Lucifer »Le Secret de Khâny », la dernière possibilité qu’ont les Vinéens de conquérir la Terre est fichue en l’air par Yoko. Ils n’ont plus beaucoup de choix. Ils sont contraints de vivre sous la Terre. Khâny veut les emmener plus profondément encore, car elle a peur qu’ils soient repérés.

Au début de l’histoire, on retrouve de vieilles connaissances. Il y a Ingrid, il y a Pol et Vic, mais ils disparaissent presque aussitôt.

Oui. Ingrid, c’était pour dire qu’elle existe toujours. Depuis quelques albums, Yoko est installée en Écosse et j’en avais un peu marre de Loch Castle. J’avais envie de commencer de manière différente. Je voulais aussi montrer à nouveau le métier de Yoko : c’est une technicienne, un ingénieur du son qui fait des enregistrements.

Comment construisez-vous vos histoires ?

J’ai un fil conducteur, et l’imagination travaille. Cette histoire-ci est très différente de celle que j’avais imaginée au début. J’ai presque laissé Yoko agir ! Parfois, elle me disait : « Tu m’as mise dans le pétrin ! Maintenant, sors-moi de là ! » Il y a un moment de transition, où elle passe à travers un siphon, et ça l’emmène dans un monde inconnu. Il me fallait un guide, c’est comme ça que j’ai créé le personnage de la petite Iseut. Je me suis attaché à elle, et j’ai finalement tout construit autour de ce personnage.

Yoko Tsuno, tome 28 : croquis du survoleurYoko Tsuno, tome 28 : crayonné du survoleurYoko Tsuno, tome 28 : Iseut, le nouveau personnage de cet épisodeYoko Tsuno, tome 28 : crayonné de la couvertureYoko Tsuno, tome 28 : indications de couleurs de Roger Leloup

On va donc découvrir ces nouveaux personnages qui vivent avec les Vinéens. Des Celtes restés dans leur époque.

Les androïdes vinéens ont eu besoin d’amener des populations pour les asservir. Ils sont allés chercher les populations locales. En Grande-Bretagne, c’étaient des Celtes. Les Vinéens les ont colonisés. Ils les ont maintenus en état pour les empêcher de se révolter. Le contraste était intéressant entre la technologie vinéenne et ce peuple venu du passé. Cette fois, j’avais envie d’une histoire qui relève un peu plus de l’heroic-fantasy, qui utilise les légendes… Iseut fait évidemment référence à la légende de Tristan et Iseut. Moi, j’en ai fait une petite fille pure qui rêve d’être princesse, et Yoko va l’aider à le devenir. Il y a aussi des dragons, mais ce sont en fait des robots. À la fin de l’histoire, on retombe quand même un peu plus les pieds sur terre.

Yoko redevient centrale dans cet album ?

Oui, c’est elle qui mène la barque. Dans les histoires précédentes, j’avais beaucoup utilisé Émilia pour la mettre en place, maintenant, c’est fait !

Iseut, mais aussi la déesse : encore des personnages féminins. Il y a très peu d’hommes dans cet album.

Ah oui, c’est un peu le club des amazones ! Je n’ai pas mis Vic et Pol parce qu’à un moment, ça multipliait les personnages. J’en avais déjà six ou sept à manipuler.

Cet album clôt un cycle ?

Non, je verrais bien une tétralogie, en fait. Si le Ciel me permet de faire la suite, vous verrez que sous terre il y a quelque chose de beaucoup plus dangereux qui mènera Yoko à combattre Khâny et Zarkâ… Une puissance totale amenée sur Terre par les Vinéens. Yoko veut éviter à tout prix que les deux autres s’en servent. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle fait d’Iseut son alliée.

Propos recueillis par Paul Satis pour Le Journal Spirou

Yoko Tsuno, tome 28 : indications de couleurs pour la couverture du Journal SpirouYoko Tsuno, tome 28 : crayonné et indications de couleursYoko Tsuno, tome 28 : crayonné et indications de couleursYoko Tsuno, tome 28 : crayonné des ruines du château médiévalYoko Tsuno, tome 28 : indications de couleurs de Roger Leloup

En savoir plus : « Le Temple des Immortels », Yoko Tsuno, tome 28 par Roger Leloup. (Parution : 9 juin 2017)

COMMENTAIRES

  1. Un grand merci à roger leloup de nous faire partager de nouvelles aventures de Yoko. Que cela fait du bien de la retrouver un vrai bonheur!

    Guylène

  2. J ai hate de lire ce nouvel episode.
    par contre j aimerai savoir pourquoi depuis le vol 17 il y a eu un changement au niveau des dessins des personnages ?
    (avis perso)je trouvais les visages très beaux et fins jusqu au 16 inclu

  3. Un grand merci également à Mr. Leloup de prolonger cet émerveillement, cette qualité incroyable dans chacune de ses œuvres, toujours attendues.
    Vivement le Tome 29, en espérant que Khâny et le peuple Vinéen ne se transforment pas en ennemis de Yoko…
    Vos travaux méritent les éloges,poursuivez cette histoire, qui continue autant à nous détendre qu’à nous faire rêver; Tous mes meilleurs vœux vous accompagnent.

  4. J’ai relu une nouvelle fois tous les albums, toujours avec un plaisir gigantesque, avant de m’autoriser la lecture du dernier.Bravo, c’est toujours aussi captivant. Merci de nous offrir ces heures de bonheur. Longue et belle vie à vous.

  5. Yoko Tsuno… la seule BD dont j’ai tous les albums… :-)
    J’aime la technologie vinéenne, le réalisme des décors de notre monde et les voyages dans le temps… Faire revenir Khâny sur Terre la rend plus proche de Yoko et Cie, mais j’espère qu’on reverra des épisodes dans l’espace (c’est pas souvent que j’aime le look des vaisseaux spatiaux, donc ici je me régale) ? et svp rassurez-nous, Khâny et Yoko ne vont pas devenir ennemies, hein ?
    Je suis en train de relire tous les albums… et je passe un très bon moment ! Merci Monsieur Leloup !

  6. Bonjour Monsieur LELOUP,
    D’abord merci pour ce 28ème opus, qui je dois le dire m’a déstabilisé quelque peu par son histoire. Je l’ai trouvé très « magique », rappelant les contes celtes, Merlin l’enchanteur, mettant de côté l’aspect spatial des vinéens. Je sais que vous ne pouvez dévoiler le tome 29, mais à la fin du volume 28, vous précisez le retour de la mère de Khany, et comment arriverez vous à effacer complètement Vinéa et ses 3 soleils ? Je me pose la question car, même si un jour, vous avez dit qu’il vous était difficile de continuer le volet purement spatial, en particulier sur la recherche des vaisseaux partis découvrir l’univers, je garde toujours espoir que vous reveniez un jour au retour de Yoko sur la planète mère de Khany. Peut-être aurez-vous le temps de me répondre à ce sujet. Et surtout merci encore pour ce 28ème opus

#

Laissez un commentaire