Interviews :

Quand Cauvin autopsie les Psy…

- 22/05/2013

Les Psy tome 19Le Journal de Spirou consacrait la couverture du n°3917 du 8 mai 2013 aux PSY. Avec en prime deux gags, des marges et même un concours, ce SPIROU était totalement Psy ! On croyait ainsi faire plaisir à Raoul Cauvin, sauf que lui est… totalement anti-psy ! Nous sommes allés nous asseoir sur son divan (pardon, son canapé) pour faire le point.

Franchement, tu y es déjà allé, chez un psy ?
CAUVIN : Si vous me voyez un jour aller chez un psy, abattez-moi ! Pour moi, les psys viennent en aide aux gens, sans vraiment les guérir. On m’a parfois écrit pour me dire que je confondais les psychologues, les psychiatres et les psychothérapeutes. Si la série s’appelle Les Psy, c’est justement pour tous les englober ! Maintenant j’ai rencontré des psys très bien. Et plein d’autres, aussi, qui ne comprenaient pas que je ne les comprenne pas. Je ris souvent en constatant que les tribunaux, pour juger des prévenus, ont recours à des psys. Il y en a un pour la défense, expliquant que celui de la partie civile se trompe, et inversement. Moi, je préfère penser qu’ils ont tort tous les deux ! Si j’avais du temps à perdre, j’adorerais m’inventer une histoire et aller la raconter à plein de psys, histoire de voir ce que chacun diagnostiquerait…

Écrire des histoires, c’est une bonne thérapie ?
CAUVIN : J’écris pour me distraire de ce qui est tragique. « Pierre Tombal » parle de ma peur de la mort. Idem pour « Les Femmes en blanc ». Dans « Les Tuniques bleues » du début, je parlais de ma haine de la guerre. Un sujet dont je pouvais difficilement parler avec mon frère officier… Et pourtant, on s’entendait magnifiquement bien sur tout, sauf pour parler de ça ! Selon moi, un auteur se propulse dans un scénario de BD de la même manière que d’autres le font dans un roman ou dans un film. « Cédric » et mes autres séries comportent toutes, à différents niveaux, des parts de moi.

Si tu étais psy, quel héros du journal souhaiterais-tu psychanalyser ?
CAUVIN : C’est Spirou lui-même que j’allongerais sur mon divan. Je suis sûr qu’avec tous les auteurs qui l’ont animé et l’animent de nos jours, il doit souffrir de dédoublement de personnalité !

En savoir plus : « J’ai peté les plombs ! » Les Psy, tome 19 par Cauvin et Bédu

COMMENTAIRES

#

Laissez un commentaire