Interviews :

Les Tuniques Bleues : 60 albums, une consécration !

- 26/09/2016

Les Tuniques Bleues, tome 60

Infatigable Raoul Cauvin ! Même s’il a pris sa retraite comme employé des Éditions Dupuis en septembre 2013, le scénariste reste, à 78 ans, très actif… Ce nouvel épisode des Tuniques bleues en est la preuve, qui multiplie les clins d’oeil à l’intention des lecteurs fidèles de la série. Rencontre avec le scénariste prolifique…

Tu évoquais à la fois la richesse d’une période historique comme la Guerre de Sécession, et la difficulté de trouver à chaque fois une vraie bonne idée de scénario.

J’ai la chance d’avoir un éventail de lecteurs très différents pour Les Tuniques bleues. Je continue à recevoir du courrier de ces lecteurs, et certains me signalent des anecdotes historiques qui m’inspirent. Je viens de terminer le scénario du 61e album, dont l’idée de départ m’a été donnée par un lecteur. Quand ça titille mon imagination, je vais vérifier les sources, les dates, et puis je me lance.

Pour construire un nouveau scénario, tu gardes ta bonne vieille méthode de t’allonger sur ton canapé ?

Non, j’ai troqué le canapé contre la chaise longue… Parce que sur le canapé, j’ai tendance à m’assoupir ! Alors que sur la chaise longue de mon bureau, si je m’endors, je glisse et je tombe !

Une fois que tu te lances, tu ne t’interromps jamais pour alterner avec l’une ou l’autre de tes séries ?

Non, quand je travaille sur un scénario des Tuniques bleues, c’est en continu. Si je procédais par séquences, si je faisais des pauses dans mon écriture, j’aurais peur d’être victime de changements d’humeur ou de contraintes extérieures. J’aime autant travailler sur un 44 planches tant que je me sens le même ! Or, une fois que j’ai réuni ma documentation et toutes mes notes préparatoires, l’écriture du découpage proprement dit va assez vite. Ça prend trois ou quatre semaines. Mais j’essaie toujours de ne pas l’interrompre. Par contre, pour une histoire courte de Cédric ou un gag de Pierre Tombal, le processus est tout différent.

Les Tuniques Bleues, tome 60 : crayonné de la première caseLes Tuniques Bleues, tome 60 : la première case terminéeLes Tuniques Bleues, tome 60 : recherche de personnagesLes Tuniques Bleues, tome 60 : crayonnéLes Tuniques Bleues, tome 60 : crayonné


Tu m’avais expliqué, à la fin de la série Sammy, que l’époque de la Prohibition n’évoquait plus grand-chose pour le lecteur d’aujourd’hui. Comment expliques-tu que la Guerre de Sécession, pourtant assez complexe, accroche encore les lecteurs ?

Parce que je crois que cela reste, à travers le temps, une époque très riche. La période de la Guerre de Sécession, c’est aussi celle de la lutte entre les cow-boys et les Indiens, celle des chercheurs d’or, des Colt et des Winchester… Encore aujourd’hui, de nouveaux livres, de nouveaux films s’intéressent à cette époque. Évidemment, des figures historiques comme le général Lee ou le général Grant ne sont pas immédiatement évocatrices pour les gamins, mais l’ambiance liée à la mythologie du Far West fait encore tilt aujourd’hui. Alors que la Prohibition, Chicago et Al Capone ne semblent plus inspirer grand monde, hélas !

Généralement, les auteurs de BD n’aiment pas relire leurs anciens albums. Pour cet album, avec son côté « rétrospective », je suppose que tu as dû te replonger dans toute la collection…

Ah oui, j’étais obligé ! Comme dit la chanson de Jeanne Moreau : « J’ai la mémoire qui flanche », je voulais être certain de ne pas me tromper ! Et puis je devais revoir les décors : le ballon, le bateau, la locomotive…

Ce chiffre rond, tome 60, qu’est-ce qu’il t’inspire ?

Je ne pensais jamais qu’un jour, quand j’ai commencé avec Louis Salvérius, on arriverait au tome 60 avec cette série ! C’est arrivé comme ça, tant mieux, le public a aimé, continue à aimer… C’est un rêve ! Et, pour employer un grand mot, c’est une consécration ! Mais quand on travaille dessus, on n’y pense pas, les albums s’accumulent sans qu’on s’en rende compte… Et puis un jour, ça en fait soixante et on se dit : « Ce n’est pas vrai ! »

En savoir plus : Les Tuniques Bleues, tome 60 : « Carte blanche pour un Bleu » Par Lambil et Cauvin (Parution 28/10/2016)

COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    existe-il des figurines du caporal Blutch , Arabesque , et le sergent Chesterfield.
    merci et bonne continuation.

  2. Bonjour Bernard,
    Il existe en effet des figurines de Blutch et Chesterfield. Vous pourrez vous les procurer sur Collector BD. À bientôt.

  3. Bonjour,
    Est-il prévu un 15ème tome type Rombaldi regroupant les albums 57 à 60 ?
    Merci et félicitations pour ce 60ème volume.

#

Laissez un commentaire