Interviews :

Les Tuniques Bleues 59 : L’étonnant William Pendleton

- 13/08/2015

Les Tuniques Bleues, tome 59
Dans la saga des Tuniques Bleues, Raoul Cauvin s’amuse souvent à introduire des personnages historiques. Dans ce 59e album, on découvre un personnage étonnant : William Nelson Pendleton, un prêtre devenu soldat… Explications.

« Le point de départ de cette histoire ?, explique Raoul Cauvin. J’étais un jour à une réception, et un des convives s’est adressé à moi en me disant : « Tiens, je connais une anecdote qui va peut-être vous intéresser. » »
La teneur de l’information ? L’existence, pendant la guerre de Sécession, d’un certain William Pendleton, pasteur de l’Église épiscopale qui s’engage dans l’armée confédérée, prend le commandement d’une batterie d’artillerie et désigne ses quatre canons par les noms des évangélistes : Luc, Jean, Marc et Mathieu !

« Quand on m’a raconté cela, je n’y croyais guère : ça semblait tellement ridicule !, s’esclaffe Raoul. Une fois rentré chez moi, j’ai surfé sur Internet pour prendre des renseignements sur ce Pendleton : tout cela était vrai ! C’était trop beau ! C’est presque Les Canons de Navarone ! »

William Nelson Pendleton est un pur produit de l’éducation wasp (white anglo-saxon protestant) du Sud des États-Unis. Il naît en 1809 près de Richmond, dans l’État de Virginie. Il grandit dans une plantation du comté de Caroline, propriété de ses parents, Edmund et Lucy Pendleton. En 1826, il est envoyé à la prestigieuse école militaire de West Point, dont il sort quatre ans plus tard, classé cinquième sur 42 cadets.
En 1831, il retourne à West Point enseigner les mathématiques, une matière qui le conduira d’abord à prendre un poste à l’Université de Bristol, en Pennsylvanie, et ensuite à l’Université de Bristol, dans le Delaware. En 1838, il est ordonné prêtre épiscopal et, deux ans plus tard, prend la direction du lycée épiscopal d’Alexandrie, en Virginie. Pendant la décennie qui suit, il déménage fréquemment pour servir dans différentes paroisses.

Quand la guerre de Sécession éclate en 1861, William Pendleton a cinquante-deux ans, et choisit tout naturellement la cause confédérée. Le 1er mai, il est désigné capitaine de l’artillerie de Virginie. Il y commande une batterie de quatre canons, la Rockbridge Artillery, les dénommant « Luke, John, Mark and Matthew » !
Le 2 juillet, il participe à la bataille de Falling Waters, avec succès. Le 13, il est promu colonel, et reçoit plusieurs blessures à la bataille de Bull Run. Mais son étoile pâlit en 1862 à la bataille de Shepherdstown : mandaté par le général Lee pour défendre les positions sur les rives du Potomac, il perd le contrôle de la situation. La rumeur amplifie l’étendue de son échec ; Pendleton devra subir l’enquête d’un tribunal militaire sur ses agissements précis lors de cette bataille. Pendant les deux dernières années du conflit, ce prêtre-soldat se verra cantonné dans des tâches essentiellement administratives. Il n’a jamais oublié sa vocation première pendant toute la guerre et ne cessera de prêcher auprès de ses troupes. À la fin de la guerre de Sécession, lors de la défaite du Sud, Pendleton, avec l’armée du général Lee, se rendra le 9 avril 1865. Au tribunal d’Appomattox, il sera libéré sur parole et retournera à Lexington, en Virginie, où il tiendra le rectorat de l’église baptiste de la Grâce jusqu’à sa mort en 1883, à l’âge de 73 ans.

William Pendleton en chair... et au crayonCrayonné de Lambil pour Les Tuniques Bleues, tome 59Crayonné de Lambil pour Les Tuniques Bleues, tome 59Crayonné de Lambil pour Les Tuniques Bleues, tome 59Crayonné de Lambil pour Les Tuniques Bleues, tome 59

« Quand j’introduis un personnage historique dans Les Tuniques Bleues, je veille toujours à savoir comment il est mort : s’il est mort pendant la guerre de Sécession ou plus tard, explique Cauvin. Cela influence évidemment sa présence dans mon récit. Ici, Pendleton a eu une vie après la guerre ; c’est important, je dois en tenir compte. »
Mais grâce à l’ami Raoul, on connaît désormais un épisode inédit de la vie de William Pendleton : sa rencontre avec Blutch et Chesterfield !

Les Tuniques Bleues, Tome 59 : « Les quatre évangélistes » par Lambil et Cauvin (Parution : 30 octobre 2015).

COMMENTAIRES

#

Laissez un commentaire