Interviews :

J.K.J. Bloche et les secrets de famille

- 23/06/2014

J.K.J. Bloche tome 24, L'Ermite
Revoilà le détective privé le plus attachant de la BD ! Après avoir été confronté au père de Babette dans
« Post mortem »
, Jérôme va cette fois plonger dans une autre histoire de famille, qui démarre dans le passé à Villars-le-Vieux, un petit village de montagne.

Alain, quelle était ton envie de départ pour ce nouvel épisode ?

C’était une vieille idée qui traînait dans mes cartons depuis au moins vingt ans. Je la reprenais régulièrement pour essayer de la retravailler et d’en faire quelque chose, mais je l’abandonnais à chaque fois. C’est l’idée du barrage qui va provoquer l’inondation d’une vallée, et l’engloutissement d’un village. J’avais lu énormément d’articles sur le barrage du Chevril, en Savoie, auquel s’étaient opposés les habitants de Tignes. Mais ils ont perdu la cause, et le barrage fut inauguré en 1953, tandis qu’on reconstruisit un nouveau village un peu plus haut. Cela me fascinait, d’autant plus que j’avais appris qu’on pouvait occasionnellement vider le barrage pour l’inspecter, ce qui faisait ressurgir les ruines du village… Je trouvais cette image assez puissante, mais en définitive, l’histoire que j’ai imaginée n’a plus rien à voir avec ce point de départ ! Peut-être parce que cette image faisait un peu trop « Bibliothèque verte »… Et moi je ne raconte plus trop des histoires d’Aventures avec un grand A. Ce sont plutôt des récits psychologiques avec des relations tendues entre les gens, et des héritages lourds… Cette nouvelle aventure de Jérôme est donc devenue l’histoire d’une énorme culpabilité.

En tout cas, l’image que tu évoques fait penser à celle d’une aventure de la Patrouille des Castors, « Le Hameau englouti », écrite par Jean-Michel Charlier.

Je me souviens de la couverture de cet album, avec le scout Poulain en tenue de plongée… Mais je ne l’avais pas lu auparavant. Pour être tout à fait sincère, j’ai lu très peu d’albums de la Patrouille des Castors ; cette série n’a pas fait partie de mes lectures d’adolescence. J’ai fini par lire « Le Hameau englouti » tandis que je travaillais sur « L’Ermite », mais c’est très différent, c’est vraiment un récit d’aventures. Par ailleurs, dans un vieux recueil du journal TINTIN, je suis tombé sur quelques planches d’une aventure de Guy Lefranc, de Jacques Martin, dessinée par Bob de Moor, « Le Repaire du loup », où il est aussi question d’un barrage en montagne… Mais comme je n’avais que ce recueil et pas l’album, je ne sais toujours pas comment ça se termine ! Je reste sur ma faim.

Dès les premières planches de « L’Ermite », on voit une DS ; on comprend très vite que tu vas alterner séquences du passé et du présent dans cet épisode. Qu’est-ce qui a dicté cette dynamique entre deux époques ?

D’habitude, je suis assez attaché au récit linéaire. Là, j’ai fait une entorse à mon credo par nécessité. Je me suis rendu compte que pour raconter cette histoire-là, il fallait absolument cette dynamique, sinon le dénouement aurait exigé des pages et des pages d’explications très fastidieuses. Pour obtenir une narration plus fluide, je devais organiser des allers retours dans le passé. Créer ce « montage alterné » a nécessité beaucoup de travail préliminaire sur le scénario ; j’ai cherché pendant trois mois les bonnes articulations de mon histoire, ensuite j’ai alterné les séquences sans trop de difficultés.

On connaît ton goût pour les repérages photographiques. As-tu vite trouvé le village idéal pour placer ton histoire ?

Non, j’ai beaucoup cherché. Initialement ça se déroulait dans les Pyrénées, parce que je vais faire intervenir un chien qui est un berger des Pyrénées… Mais je n’ai pas trouvé le décor que je cherchais. Alors je me suis dit : « Pourquoi pas les Alpes ? On peut très bien y trouver un chien de cette race… » Et tout s’est alors débloqué pour moi, car j’ai retrouvé des photos d’un village dans les Alpes que j’avais prises dans les années 1970, quand j’allais faire du ski dans la vallée de la Vallouise. Et comme le début de mon histoire se passe exactement dans ces années-là, c’était parfait : j’avais les photos adéquates, avec les modèles de voitures de cette époque-là, avec des chemins pas encore truffés de placards publicitaires, etc. Ensuite, chez moi à Dunkerque, j’ai cherché un vieux garage, j’ai mené une véritable enquête à la Jérôme pour dénicher la dépanneuse dont j’avais besoin. J’ai fini par en trouver une, complètement déglinguée…

Voilà pour les décors. Restait à dessiner les protagonistes du passé, et leur donner un look d’époque…

Pour le physique d’Antoine Oliveira, je pensais d’abord m’inspirer de l’acteur Liam Neeson, mais ça ne fonctionnait pas. Alors je me suis replongé dans un vieux roman-photo italien des années 1960, où j’ai trouvé mon bonheur. Je n’avais plus besoin de me creuser la tête pour imaginer des coiffures et des tenues rétro ; feuilleter ces vieilles brochures (que j’ai récoltées patiemment dans des brocantes) m’a donné beaucoup de solutions satisfaisantes.

Découvrez les premières planches de cet album durant tout le mois de juillet dans la rubrique « prépublication » sur dupuis.com !

En savoir plus : Jérôme K. Jérôme Bloche tome 24, « L’Ermite », par Alain Dodier (Parution : 22 août 2014)

COMMENTAIRES

  1. Très bonne nouvelle que cette sortie ! J’espère qu’elle sera complétée à terme par une reprise de l’intégrale là où elle s’était arrêtée, ou bien d’une nouvelle intégrale refaite à neuf, c’est une série qui le mérite amplement !

  2. Bonjour, je vous adresse un lien d’un reportage de France télévisions sur Alain DODIER. A voir …Et à insérer dans le blog ?

    http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/bande-dessinee/alain-dodier-envoie-jerome-k-jerome-bloche-sur-les-traces-dun-village-englouti-189727

    Belle journée.

  3. Merci pour ce lien !

  4. Extrait du quotidien « SUD-OUEST » Samedi 18 octobre 2014
    FESTIVAL DU POLAR à COGNAC
    Côté BD, Alain Dodier est récompensé pour la série « Jérôme K. Jérôme Bloche » et Coman & Maltaite pour « Choc », tous deux chez Dupuis.

    FELICITATIONS!

    Voici le lien

#

Laissez un commentaire