Actualités :

Décès de Pierre Seron, auteur des « Petits Hommes»

- 24/05/2017

SeronLes Éditions Dupuis ont la tristesse de vous annoncer le décès de Pierre Seron, auteur des « Petits Hommes», ce mercredi 24 mai à l’âge de 75 ans.

Pierre Seron est né le 9 février 1942 à Chénée dans la province de Liège. Après des études aux Beaux-Arts de l’Institut Saint-Luc, en compagnie de ses futurs confrères Walthéry, Dany et Pleyers, il débute professionnellement sous le pseudonyme de Foal, en assistant Dino Attanasio sur « Spaghetti » et « Modeste et Pompon », Mittéï sur « Indésirable Désiré » et les décors de « Ric Hochet », et Maurice Maréchal sur « Prudence Petitpa ».

Il se présente au Journal de Spirou en 1967 où il débute rapidement en illustrant un récit complet écrit par Victor Hubinon. Simultanément, il crée « Les Petits hommes», dont le premier épisode, d’abord scénarisé par Yvan Delporte, est rapidement poursuivi par le journaliste Albert Desprechins. Les premières planches de cette série sont réalisées dans un style personnel, qui sera peu à peu abandonné au profit d’un trait plus franquinien, à la demande de l’éditeur Charles Dupuis. Desprechins cède rapidement la place à Mittéï – alias Hao – qui contribue largement au succès de la collection, reprise en albums dès 1972. Seron devient alors l’une des vedettes de l’hebdomadaire, où sa signature est omniprésente tout au long des années 1970. Son impressionnante productivité l’amène aussi à se diversifier, en créant à la même époque une série à gags, « La famille Fohal », dans Pif-gadget, dont les éditions Soleil proposeront des albums sous le titre La famille Martin.

Sans délaisser ses personnages-vedettes, il entame dès 1977 une nouvelle série pour Spirou, « Aurore et Ulysse », rebaptisée plus tard « Les Centaures ». Les albums se succèdent à une cadence soutenue, n’empêchant pas le dessinateur de devenir peu à peu son propre scénariste. Son goût prononcé pour l’expérimentation l’amène régulièrement à bousculer les codes de la bande dessinée classique, comme en témoignent le format horizontal des doubles-pages de « La planète Ranxérox », les fonds noirs de « Dans les griffes du seigneur », l’absence de couleurs dans « Le trou blanc », ou encore un « cross-over » entre sa série et celle de Gos, « Le Scrameustache ».

En 1999, il lance « Les Petites Femmes » aux éditions Joker, une série de six albums coquins. Et en 2011, il publie le quarante-quatrième et ultime épisode des « Petits Hommes», « Eslapion 3», aux éditions Clair de lune, avec lequel il tire sa révérence de la profession dans un sous-titre nostalgique : « Je suis venu vous dire que nous partons… » Depuis près de 5 ans, Pierre Seron n’a plus jamais pu reprendre ses crayons.

Les Editions Dupuis perdent ainsi l’un de leurs plus anciens collaborateurs.

COMMENTAIRES

  1. Repose en paix cousin, tu vas au paradis du crayon et pastel rejoindre tes maîtres, tu as une grande place dans mon coeur. Mélusine à la grosse larme à l’oeuil, sois fort Frédéric.

  2. Triste nouvelle, je savais sa fin proche. Il est venu de nombreuses fois à la librairie a Grenoble dédicacer ses nouveautés.
    Il va retrouver ses amis Auteurs au paradis de la BD. Je perds un ami, ils sont rares dans le monde de la BD.
    J’ai une pensée pour Magda ce soir.

  3. Un des plus grands nous a quitté !
    À tout Jamais Seron sera le plus grand des Petits Hommes !

  4. Merci beaucoup pour toutes les aventures que tu nous a donné…

  5. Un autre auteur, important dans l’histoire du journal Spirou, a disparu. :-( Mes condoléances à sa famille et à ses amis.

  6. Les petits hommes une super série que j’ai suivi depuis le début .. Seron fait partie de cette équipe mythique qui a donné à la bd ses lettres de noblesse .. Franquin , Tillieux , Roba, Vic,Leloup,Jidehem,Peyo,Delporte, Will, Cauvin,….. et j’en oublie .. Ce soir je suis triste ..

  7. J’espère que les éditions Dupuis vont réaliser un Spirou hommage à son auteur et ses héros.

    Merci

  8. à 56 ans, j’ai redécouvert il y a un an la série Les Petits Hommes en rachetant l’intégralité des volumes comme par un fort besoin nostalgique tant le charme, la qualité graphique, l’humour et les valeurs que nous faisaient partager ses petits personnages avaient marqué mon enfance. Pierre Seron est un Grand Artiste. Et je salue sincèrement sa mémoire.

  9. Repose en paix,

    T’es bandes dessinées m’ont permis de passer au delà d’événements traumatisants (post attentats Zaventem) en m’occupant l’esprit. Tu sera parti rejoindre Renaud et ses complices à Espalion 3 afin de continuer tes aventures à jamais.

  10. Fantaisie et loufoquerie … un trait superbe !… c’ est l’ un des derniers piliers de la BD Franco Belge qui vient de nous tirer sa révérence , et nous invite à la relecture surprenante des petits hommes …

  11. La grandeur n’est pas une question de taille… Ainsi le papa des petits hommes s’en est allé… Beaucoup de souvenirs de lectures, à l’ombre du grand homme et de ses petites créatures, m’envahissent… Une bien triste nouvelle… Et un panthéon personnel qui ne cesse de s’agrandir de ces chers disparus… Merci Monsieur Seron… Merci l’artiste…

  12. Mes sincères condoléances a ses 3 filles (oubliées)

  13. Diane, Maude, Aurore et son petit fils Arnaud

  14. C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Pierre. Je ne connais point ses trois enfants (filles) ni sa première compagne. Si peu aussi, MAGDA qui l’accompagnait lorsqu’il est venu s »établir dans le Gard. Pierre, je l’ai rencontré par hasard, du temps où je travaillais au sein d’une librairie spécialisée B.D de Montpellier « Librairie d’Images ». Nous avions sympathisé. Longuement, il m’avait parlé de ses problèmes en tant qu’auteur, de son fameux trait qui si souvent, comparé à celui de FRANQUIN lui a valu calomnies et médisances. En 1991 je me suis marié et devinez qui était le garçon d’honneur : PIERRE SERON. « Les Petits Hommes » comme ta gentillesse resteront longuement gravés en moi ! Repose en paix !

#

Laissez un commentaire