Actualités :

Convoqués par la Brigade de répression du banditisme !

- 25/06/2015

OlympiaAprès «La Grande Odalisque», prix Landerneau 2012, les auteurs à succès Bastien Vivès  et Florent Ruppert & Jérôme Mulot redonnent vie à leurs héroïnes favorites.

La suite d’un univers créé à six mains avec un plaisir évident, au sein duquel le fantasme devient joyeuse série B, les dialogues truculents rythment l’action et où l’aventure se transforme en un récit moderne, dynamique et terriblement drôle.

Avez-vous fait des recherches précises pour «Olympia», notamment sur le Petit et le Grand Palais où se déroule l’action principale ?

Florent Ruppert : Oui, et ça aurait pu s’avérer dangereux ! Un jour, on m’a laissé un message sur mon répondeur : « Commissaire Lambert, de la Brigade de répression du banditisme. Vous êtes convoqué en comparution immédiate pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime. « J’ai rappelé ce commissaire, et suis parti en comparution immédiate, en me demandant ce qu’il se passait ! Là-bas, une femme m’a montré une photo : « Est-ce que vous reconnaissez ces personnes ? » Dessus on voyait, attablés à un café, Jérôme, Bastien et moi, au téléphone. La femme m’a dit que la personne qui avait pris cette photo nous avait entendu comploter autour d’un vol de peinture au Grand Palais. Elle avait donc alerté la police, qui avait renvoyé l’affaire à cette Brigade, qui allait nous mettre sur écoute et attendre qu’on passe à l’action ! Heureusement, au sein du bâtiment, l’un des policiers avait fait un livre avec un auteur de BD, et il nous a reconnu. Il leur a parlé de «La Grande Odalisque», pensant que c’était peut-être lié.

Bastien Vivès : En fait, on était dans le café en face du Musée de la grande armée, celui où les filles volent le casque au début d’Olympia. On venait de faire un repérage. On faisait une séance d’écriture, pour savoir par où elles allaient passer, ce genre de choses. On parlait d’une poursuite en jet ski pour attaquer le Petit Palais, et d’inonder le Petit Palais !

Florent Ruppert : Et moi, j’étais, à ce moment-là, au téléphone avec une amie qui travaille au Grand Palais. On lui demandait si elle avait accès à l’arrière-salle, et s’il y avait un tunnel entre le Petit et le Grand Palais. Une fois tout mis au clair, je leur ai posé plein de questions ! Ils m’ont chassé assez rapidement, mais le directeur
de la section m’a confirmé l’existence du tunnel : une info de première main, qu’on a donc utilisé dans la BD !

«Olympia», par Bastien Vivès , Mulot et Florent Ruppert, à paraître le 16 octobre 2015.

COMMENTAIRES

  1. Authentique l’histoire de la convocation à la BRB puisque c’est Olivier LeBellec lui même officier de police à la BRB et scénariste de 22 que j’ai eu le plaisir de dessiner qui est intervenu, il nous avait raconté tout ça à l’époque et, je le confesse on s’était bien marré ^^.

#

Laissez un commentaire